Le street art encouragé par Guerlain

Guerlain fait entrer le street art dans notre salle de bain

Non content d’épater les galeries parisiennes en vogue, le street art, autrefois cantonné aux gares, terrains vagues et autres recoins malfamés, s’immisce dans nos salles de bain. Depuis sa création en 1828, Guerlain n’a cessé de vouloir « surprendre, émerveiller et susciter l’émotion ». À coup de créations originales, fruit de collaborations audacieuses avec les artistes avant-gardistes de chaque époque, le parfumeur a su traverser les générations sans cultiver la nostalgie. Aujourd’hui, le désir d’inscrire son patrimoine olfactif et esthétique dans la contemporanéité demeure. C’est ainsi qu’après avoir fait appel au photographe chinois Liu Bolin Guerlain offre à son emblématique flacon abeille un toilettage signé JonOne.

Le street art encouragé par Guerlain

9 000 euros pour un flacon tagué

New-Yorkais d’origine et Parisien d’adoption, l’artiste pionnier de l’art urbain se fait connaître à la fin des années 1980 avec ses graffs du quartier de La Chapelle. Après avoir acquis sa « street credibility » à coups de tags, celui qui revendique un parcours autodidacte est approché par des galeries qui l’invitent à s’exprimer sur toile. Son style « coloré, agité, optimiste » plaît et lui ouvre les portes de la Fondation Cartier puis du Palais-Bourbon en 2014, où sa réinterprétation de LaLiberté guidant le peuple de Delacroix détone au milieu des bustes de la salle des Marianne. Se jouant des travers de notre société, il graffe son nom à l’infini « JonOneRock ». Ce coup de maître égocentrique fait exploser sa cote, si bien qu’en 2015 un graffiti sur toile se vend pour la somme record de 56 000 euros chez Artcurial. Rien d’étonnant à ce que les flacons collector estampillés JonOne soient vendus 9 000 euros la pièce.

Si les rames de métro restent son terrain de prédilection, JonOne s’épanouit tout autant à mettre le street art en bouteille. Son nouveau terrain d’expression, le flacon abeille, fut initialement créé par Pochet du Courval pour gâter l’impératrice Eugénie. Les tuiles inspirées du dôme de la colonne Vendôme ainsi que les 69 abeilles, symbole de l’empire, demeurent sous les pulvérisations hypnotiques de pigments. La palette chromatique évoque directement l’émotion, les matières premières et la personnalité des fragrances du parfumeur. Les tons bleus racontent Shalimar, un dégradé de rose pare les 32 flacons de La Petite Robe noire tandis que des nuances orangées subliment Rose Barbare. Les précieux nectars édités à 98 pièces sont numérotés et signés de la main de l’artiste et font l’objet d’une exposition à la boutique des Champs-Élysées.

Le street art encouragé par Guerlain

Exposition Color Flows, 68 avenue des Champs-Élysées 75 008, du 4 janvier au 29 février. Flacon Guerlain JonOne, 9 000 euros

Source: LePoint.fr

wallpaper-1019588
Le bomber à paillettes (ou à sequins)Journée de la Femme
wallpaper-1019588
SKAM : rencontre avec Lula Cotton-Frappier aka Daphné
wallpaper-1019588
Sportwear
wallpaper-1019588
Cuissardes
wallpaper-1019588
Mon premier petit top Ségur !
wallpaper-1019588
Un week-end nature avec bébé
wallpaper-1019588
Zoé, votre assistante personnelle de Voyage
wallpaper-1019588
Se séparer sans tout briser